Narbonne antique. Interactions entre ports, ville et territoire

Le projet collectif de recherche sur Narbonne antique a été renouvelé pour trois ans (2023-2025) et propose, dans la continuité du programme sur les ports antiques, d’approfondir les questions des interactions entre les espaces littoraux, la ville et le territoire. Les relations entre Narbonne et différents ports de Méditerranée et d’Atlantique sont également au cœur des études en cours.

Plusieurs thématiques sont privilégiées :

– Les différentes fouilles du PCR ont livré de nombreux éléments architecturaux qui soulèvent des questions sur l’approvisionnement en matériaux, le réemploi et bien entendu l’économie du chantier de construction. Le dossier le plus imposant concerne la collection des blocs architecturaux de Mandirac (460 éléments). En effet, la présence, dans la réfection de la zone portuaire de Mandirac, de ces blocs appartenant aux monuments de la ville souligne la transformation urbaine au cours des IVe/Ve s. alors que le maintien des activités commerciales est une priorité. Ces éléments d’architecture étudiés par Y. Maligorne, V. Mathieu et S. Zugmeyer renouvellent les connaissances sur la parure urbaine de la Capitale provinciale.

– Les études de mobilier, au-delà des infrastructures portuaires, renseignent sur les circuits commerciaux antiques. Plusieurs ensembles provenant des sites littoraux et de cargaisons doivent apporter de nouveaux éléments de réflexion sur l’insertion de Narbonne dans l’économie antique.

– L’occupation du littoral apparaît comme un thème majeur qui renvoie à des problématiques actuelles d’évolution des rivages et de changements environnementaux. Les sites littoraux sont très nombreux, mais peu connus et nécessitent des investigations à large échelle, intégrées dans une réflexion territoriale en envisageant la complémentarité des fonctions dans une optique de système et de potentialités portuaires (Carayon et al. 2018). Leur définition est rendue complexe par la multiplicité des activités pratiquées sur le littoral, en particulier lorsque celui-ci est situé à proximité immédiate d’une capitale provinciale comme Narbonne. Ils participent aux mouvements portuaires (les échanges proprement dits, mais aussi l’ensemble des procédures administratives en lien avec ceux-ci) mais n’en sont pas moins des établissements avec des fonctions productives (notamment l’exploitation des ressources maritimes) et également des lieux de séjour (villa maritima). Les bâtiments s’inséraient dans un milieu naturel anthropisé : le contexte environnemental est à considérer à la fois comme élément paysagé (parc), nourricier ou productif (verger) mais aussi exploité (bois de construction).



Citer ce billet
Corinne Sanchez (2024, 16 mars). Narbonne antique. Interactions entre ports, ville et territoire. Ports antiques de Narbonne. Consulté le 20 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w14l