Saint-Martin (Gruissan)

L’établissement littoral antique de Saint Martin à Gruissan

La fouille programmée de l’établissement de Saint-Martin-le-Bas à Gruissan s’inscrit dans le cadre du Programme Collectif de Recherche « Les ports antiques de Narbonne », coordonné par C. Sanchez (CNRS UMR5140), qui constitue un projet de recherche pluridisciplinaire visant à explorer un certain nombre d’établissements installés sur le littoral narbonnais, susceptibles d’appartenir à un vaste complexe portuaire appartenant à la colonie romaine de Narbo Martius, capitale de la province de Narbonnaise. Ce programme de recherche bénéficie d’un important soutien de la Région Occitanie, du Ministère de la Culture et de la Commune de Gruissan.

Vue aérienne générale du site de Saint-Martin

Vue générale de la fouille en juin 2016

L’île Saint-Martin à Gruissan représente un point remarquable au cœur des étangs narbonnais, situé à une douzaine de kilomètres au sud-est de Narbonne. L’établissement antique de Saint-Martin-le-Bas, qui s’étend sur au moins 3 ha, est adossé au versant sud de l’île, à environ 300 m du rivage actuel de l’étang de l’Ayrolle. Les fouilles conduites depuis 2011 ont permis de mettre au jour et d’étudier la partie centrale du site, sur plus de 2000 m².

Vue générale du site (cl. S. Sanz - CNRS)

Vue générale du site (cl. S. Sanz – CNRS)

 

L’établissement se présente comme un vaste complexe architectural, organisé autour d’une grande cour centrale de 380 m², équipée sur trois côtés de portiques d’une largeur de 4 m. A l’est, plusieurs petites pièces ouvertes sur la galerie pourraient correspondre à des espaces à vocation commerciale ou administrative. Il existait également dans cette zone une pièce de grandes dimensions (91 m²) comportant un niveau souterrain, qui évoque un espace de stockage, à l’image des cryptoportiques connus dans les grandes villes romaines, notamment à Narbonne et à Arles.

Toutefois, l’élément le plus remarquable est un bâtiment construit à l’aide de blocs monolithiques de calcaire de plus d’un mètre de long. Cet édifice rectangulaire, s’étendant sur 14 x 7,5 m, comportait une élévation importante qui lui donnait un aspect monumental. Il constituait sans doute également un bon point de repère pour les navires qui souhaitaient s’engager dans la lagune pour atteindre les ports de la ville. Plusieurs pièces occupaient le rez-de-chaussée du bâtiment, où se déroulaient des opérations commerciales, comme le montrent les objets découverts sur le sol : une balance, des jetons de comptabilité et du matériel d’écriture.

vue générale du premier état d’occupation à l’intérieur de l’édifice en grand appareil (Ier s. ap. J.-C.) (cl. G. Duperron)

vue générale du premier état d’occupation à l’intérieur de l’édifice en grand appareil (Ier s. ap. J.-C.) (cl. G. Duperron)

Vue des objets découverts dans le Bâtiment en grand appareil (cl. G. Duperron)

Vue des objets découverts dans le Bâtiment en grand appareil (cl. G. Duperron)

Deux installations thermales font également partie des équipements de ce complexe. Elles se caractérisent par des dimensions assez modestes et l’absence de décors luxueux. On peut penser que la vocation de ces thermes était avant tout utilitaire et répondait à la nécessité de se laver après avoir passé une période en mer. De plus, on peut signaler la présence d’une forge, qui constitue la seule activité artisanale attestée sur le site jusqu’à présent.

Vue des thermes ouest en fin de fouille (cl. G. Duperron)

Vue des thermes ouest en fin de fouille (cl. G. Duperron)

Des aménagements liés à la navigation

À une centaine de mètres au sud du complexe à cour centrale, au plus près du rivage de l’étang, un second ensemble de vestiges occupe une petite éminence rocheuse. Au début du Haut-Empire, une vaste terrasse artificielle d’au moins 800 m² est créée, sur laquelle est édifié un ensemble architectural se développant sur au minimum 35 x 20 m. Il est organisé autour d’un bâtiment caractérisé par des fondations très massives (1,70 m de largeur moyenne). De plan quadrangulaire, son emprise au sol est relativement faible : il mesure 7 x 8,30 m hors œuvre, soit une surface interne de seulement 21 m². Cet édifice correspond donc à une tour s’élevant sans doute sur une vingtaine de mètres de hauteur au minimum. Sa fonction était très certainement celle d’un dispositif de signalisation maritime (phare ou amer), peut-être également utilisé pour assurer les communications avec les autres établissements bordant la lagune. En effet, les caractéristiques architecturales de cet édifice, en particulier ses dimensions, trouvent de nombreuses comparaisons dans toute la Méditerranée avec des tours côtières dont la vocation de signalisation ne fait pas de doute. La position topographique très particulière de l’édifice – sur un promontoire à proximité immédiate du littoral – renforce évidemment cette interprétation. Elle semble en particulier parfaitement adaptée pour établir un signal guidant les navires pour l’entrée dans la lagune, opération sans doute assez délicate. Elle permettait également sans doute d’assurer la surveillance et le contrôle de la navigation. Sur ce point, rappelons que le prélèvement des taxes faisait très certainement l’objet d’une attention toute particulière de la part des autorités portuaires.

Au pied de cette tour, en périphérie de l’ensemble bâti, deux grandes citernes de 13 m de long par 3 m de large étaient partiellement enterrées. Alimentées par un aqueduc en tuiles depuis la source située au nord du site, elles permettaient de disposer en permanence d’une abondante réserve d’eau potable d’au moins 80 m3, destinée à l’approvisionnement des navires qui devaient reprendre la mer.

Les fondations de la tour-phare à la fin de la campagne 2016

Les fondations de la tour-phare à la fin de la campagne 2016

 

Les occupations tardo-antiques et médiévales

L’ensemble des installations crées au début de l’Empire romain demeure en fonction durant toute l’époque impériale, jusqu’au début du Ve s. C’est à ce moment-là que l’on assiste au démantèlement progressif des bâtiments, afin de récupérer des matériaux de construction. Cette récupération systématique a concerné en priorité le marbre et le calcaire, utilisés pour produire de la chaux.

Le four à chaux

Un témoignage remarquable de cette activité a été découvert lors de la dernière campagne de fouille de 2016. En effet, au nord du site, un four à chaux du Ve s. ap. J.-C. était presque entièrement préservé, sur plus de 2 m de hauteur. D’un diamètre de 3,40 m, il pouvait produire lors de chaque cuisson, qui durait entre 3 et 8 jours, environ 10 tonnes de chaux ! Cette découverte exceptionnelle permet de mieux connaitre les techniques utilisées dans l’Antiquité pour la production de ce matériau, très abondamment utilisé dans la construction romaine. De plus, l’analyse des charbons de bois présents au fond du four permettra d’identifier les combustibles utilisés, et ainsi de mieux connaitre la composition de la végétation sur l’île Saint-Martin à cette époque.

Four à chaux tardif

Four à chaux tardif

Une nécropole paléochrétienne

Durant la même période, un cimetière est implanté à l’emplacement occupé précédemment par le phare et les citernes. Une vingtaine de tombes ont déjà été étudiées, mais leur nombre est sans doute beaucoup plus important, les limites de l’aire funéraire n’ayant pas encore été reconnues. La plupart des sépultures sont constituées d’un coffrage et d’une couverture de dalles de calcaire, mais l’on compte aussi plusieurs inhumations dans des coffres en bois et en amphore. Tous les individus sont inhumés sur le dos avec la tête à l’ouest, conformément au rite chrétien qui s’impose à cette époque. En l’état actuel des recherches, on remarque que toutes les classes d’âges sont bien représentées à l’exception des enfants de moins de 4 ans, qui pourraient avoir fait l’objet d’un traitement funéraire particulier. Enfin, diverses observations sur la position des os, ainsi que la présence ponctuelle d’objets de parure (anneau en bronze, plaque de ceinture en fer) et de clous de chaussures, indiquent que les individus étaient inhumés habillés et chaussés. En revanche, aucune offrande n’accompagnait les défunts.

Sépulture tardive

Sépulture tardive

Après plusieurs années de recherches, il est possible de proposer une première interprétation des vestiges mis au jour. Les éléments recueillis orientent la réflexion vers un établissement étroitement lié au complexe portuaire de Narbonne, dont on connait l’importance économique considérable durant toute l’Antiquité. La présence d’un édifice en grand appareil et son association avec une vaste cour à portiques sont autant d’éléments généralement attestés dans des espaces publics. La construction d’un complexe d’une telle ampleur, dans une zone isolée et éloignée de la cité, ne peut sans doute s’expliquer que par le rôle que celui-ci occupait au sein du système portuaire narbonnais. L’intensité des trafics commerciaux dans cette zone impliquait nécessairement l’existence de structures spécifiques. La disposition autour de la cour centrale de pièces de stockage souterraines et de boutiques ou de bureaux semble particulièrement favorable à la réalisation de transactions commerciales et au stockage des marchandises échangées. Ce complexe pouvait également abriter un certain nombre d’activités de services. Ainsi, la relative modestie des deux balnéaires mis au jour témoigne bien de leur caractère avant tout fonctionnel et pratique. La présence d’une forge permettait peut-être de réaliser des réparations navales. Enfin, les grandes citernes situées près du littoral devaient assurer l’approvisionnement en eau des bateaux.

La citerne BS5002 en fin de fouille (cl. G. Duperron)

La citerne BS5002 en fin de fouille (cl. G. Duperron)

D’autre part, il convient de souligner la position stratégique occupée par le site, à l’entrée de la lagune. De fait, durant l’Antiquité, il s’agit du premier établissement rencontré par les navires venant de la mer et se dirigeant vers les ports de Narbonne. On peut donc supposer qu’il avait une fonction de contrôle des trafics commerciaux et appartenait à l’infrastructure administrative et douanière de la cité, qui devait être importante puisque l’on sait que des taxes étaient prélevées sur toutes les marchandises transitant par le port.

On pourrait ainsi se trouver en présence d’un établissement public aux fonctions multiples, où se seraient déroulées toutes les activités nécessaires au bon fonctionnement de l’un des ports les plus importants de Méditerranée occidentale. Si la poursuite des recherches devait confirmer cette hypothèse, le site de Saint-Martin apparaitrait alors comme un élément-clé du système portuaire de Narbonne.

Les recherches en cours montrent que l’établissement est occupé durant toute l’époque romaine. Sa création semble intervenir peu après la fondation de la colonie de Narbonne, à la fin du IIe s. av. J.-C., mais cette première phase est encore peu connue. En revanche, la construction du complexe monumental est bien datée de l’époque d’Auguste, probablement vers 20/10 av. J.-C. L’ensemble de ces installations demeure en fonction durant toute l’époque impériale, jusqu’au milieu du Ve s. C’est à ce moment-là que l’on assiste au démantèlement progressif des bâtiments, afin de récupérer des matériaux de construction.lampe US1314

Le site, dont l’occupation se poursuivra jusqu’au VIIe s., change alors de vocation. Il semble accueillir désormais une population paysanne, exploitant les ressources naturelles locales. Les nombreuses meules à grain soulignent l’importance de la culture des céréales, tandis que l’élevage est bien attesté par différents objets (sonnaille, forces pour la tonte, etc.) mais surtout par des carcasses d’animaux. De plus, la proximité du littoral est mise à profit par les habitants du site, comme le montre l’omniprésence des coquillages dans les dépotoirs. La pêche est également pratiquée, comme en témoigne la découverte fréquente d’hameçons et de lests de filets, mais aussi celle d’arêtes de poissons et même de vertèbres de mammifères marins (os de seiche, de dauphin et même de baleine !). Enfin, l’établissement de Saint-Martin continue à prendre part au grand commerce méditerranéen. Les fouilles ont en effet montré que des produits de toute la Méditerranée arrivent sur le site à cette époque. L’Afrique du Nord, et en particulier la région de Carthage, fournit aux habitants de la vaisselle de table et des lampes à huile aux décors très soignés, qui témoignent de manière concrète de la christianisation de la société (chrismes et autres symboles chrétiens). Différents produits transportés en amphore, en particulier de l’huile d’olive, proviennent de la même région. De plus, des vins réputés sont importés de la Méditerranée orientale, notamment les productions des vignobles de Terre Sainte, particulièrement valorisés à cette époque, dont les amphores dites « de Gaza » conservent la trace.

Fouille en cours en juin 2016

Un nouveau programme de recherche qui débutera au printemps 2017 aura pour objectif de mettre au jour les niveaux les plus anciens du site et de poursuivre l’étude de son environnement.

G. Duperron, UMR5140 « Archéologie des Sociétés Méditerranéennes »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.