Port-la-Nautique (Narbonne)

Les recherches archéologiques sur les ports antiques de Narbonne menées autour des étangs de Bages et de Sigean s’inscrivent dans le cadre d’un protocole de partenariat signé entre la Région Languedoc-Roussillon, le CNRS, le Ministère de la Culture (DRAC et DRASSM), l’Université Montpellier 3 et les communes de Narbonne et Gruissan.

Port-la-Nautique : évocation du site avec les entrepôts, le quai et le vivier. © P. Cervellin, CNRS

Port-la-Nautique : évocation du site avec les entrepôts, le quai et le vivier.
© P. Cervellin, CNRS

Port-la-Nautique est un site de référence pour la compréhension du système portuaire et reste le seul débarcadère clairement avéré dans la lagune. Dans la partie nord des étangs, le hameau actuel de Port-la-Nautique n’est qu’à 4 km de la ville de Narbonne. Depuis le début du XXe siècle se succèdent des opérations terrestres et subaquatiques qui ont souligné l’importance du commerce de céramiques sigillées et d’amphores de Tarraconaise. Les opérations d’archéologie préventive ont apporté des données nouvelles sur la présence d’un bâtiment luxueux en bord d’étang ainsi que sur de grands entrepôts à dolia pouvant témoigner du commerce du vin en vrac. Dans le cadre du projet de recherche, une opération de repérage a été menée dans une parcelle communale située près du rivage. Cette opération a débuté en août 2010 par des prospections géophysiques qui ont établi une première cartographie des vestiges. En novembre 2010, les sondages ont mis en évidence la suite des grands entrepôts mais également l’existence de fours de potiers et un amoncellement de rejets de coquillages qui témoignent de la multiplicité des activités au sein de cet espace portuaire.

Les différents sondages ont permis de restituer la topographie ancienne de la parcelle et surtout les modifications qu’elle a subi dans l’Antiquité. Une dépression importante (au moins 400 m2) est creusée entre la terrasse alluviale ancienne et le littoral. L’hypothèse d’un bassin portuaire n’a pu être vérifiée à cause de l’accumulation de coquilles (essentiellement des moules et des huîtres) qui viennent la combler, atteignant 3,5 m de hauteur par endroit. Ce creusement pourrait être lié aux entrepôts évalués grâce aux différentes opérations à 150 m de long sur 16,5 m de large.

Port-la-Nautique 2010 : détail d’une partie de l’amas de coquillages rejetés lors du tri pour l’exportation. Cliché : C. Sanchez (CNRS)

Port-la-Nautique 2010 : détail d’une partie de l’amas de coquillages rejetés lors du tri pour l’exportation.
Cliché : C. Sanchez (CNRS)

Entre cette dépression et adossés aux entrepôts, des fours de potiers témoignent de la production au plus près de la zone d’exportation. Un four de très grandes dimensions formant un carré de 7,80 m pourrait avoir produit des amphores et des matériaux de construction. Un dépotoir de céramiques à parois fines souligne la diversité des productions de l’atelier. Ces activités artisanales constituent une découverte majeure qui modifie notre vision du système portuaire. En effet, ces résultats sont essentiels pour comprendre l’organisation des différentes zones commerciales et le rôle de chacune d’entre elles. Bien que Port-la-Nautique ait fait l’objet de nombreuses recherches, les sondages réalisés en 2010 apportent des éléments extrêmement novateurs : le transport du vin en vrac, la fabrication de céramiques et l’exploitation industrielle des fruits de mer ont été mis en évidence.

Photographie du grand four avec le départ des voûtes. Cliché : S. Sanz (CNRS)

Photographie du grand four avec le départ des voûtes.
Cliché : S. Sanz (CNRS)

Port-la-Nautique (Narbonne). Restitution du four de potiers. © P. Cervellin, GRAL-CNRS

Port-la-Nautique (Narbonne). Restitution du four de potiers. © P. Cervellin, GRAL-CNRS

En 2016, de nouveaux sondages en avril et juillet ont permis de fouiller un dépotoir de l’atelier de potiers correspondant à la démolition et aux rejets de la production d’un des fours : des tuiles surcuites, mais également de la vaisselle, des amphores et des terres cuites décoratives ont été découvertes. Parmi ces terres cuites, un moule représentant la tête de Neptune évoque la fonction portuaire des lieux.

Port-la-Nautique 2016 : tête de Neptune

Port-la-Nautique 2016 : tête de Neptune

Les entrepôts ont également été explorés : la limite sud a été découverte et permet d’évaluer leur longueur à 150 mètres, ce qui les classent parmi les plus grands du monde romain.

Port-la-Nautique : sigillées provenant de Millau trouvées en grande quantité

Port-la-Nautique : sigillées provenant de Millau trouvées en grande quantité

De grandes fosses sont venues perturber les niveaux de ces entrepôts : elles correspondent certainement aux fouilles réalisées en 1905 qui avaient permis la découvertes de nombreuses sigillées (vaisselle rouge produite à Millau dans l’Aveyron et exportée par le port de Narbonne) et de la statue d’Hercule.

Statue d'Hercule découverte vers 1905 à La Nautique. ©CCJ

Statue d’Hercule découverte vers 1905 à La Nautique.
©CCJ

Au plus près du littoral, un bassin quadrangulaire est interprété comme un captage d’eau douce pour le fonctionnement de la zone portuaire.

Le bassin d'eau douce découvert sur le littoral en juillet 2016

Le bassin d’eau douce découvert sur le littoral en juillet 2016

Les sondages 2016 ont également eu pour objectif de faire le lien entre le vivier et la villa située sur le plateau. 300 mètres séparent les deux ensembles. Aucun vestige n’ayant été découvert on peut restituer, notamment grâce à la présence de fosses de plantation un immense jardin aménagé en terrasses. La villa, classée Monuments historiques et connue anciennement, se développe depuis la route actuelle sur environ 180 mètres vers l’est. Il est possible qu’un corps de bâtiment nord/sud, parallèle aux entrepôts soit présent sous les constructions actuelles.

Photo aérienne de l'ensemble occidental de la Nautique avec le vivier en premier plan. © M. Passelac

Photo aérienne de l’ensemble occidental de la Nautique avec le vivier en premier plan.
© M. Passelac

http://snnarbonne.com/119-le-site-archeologique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.