Archives mensuelles : septembre 2013

Le projet

http://www.parc-naturel-narbonnaise.fr/archives_du_sensible/sensible/carnets/ports-antiques/ports-antiques.html

Narbonne, fondée en 118 av. n. è., s’installe au carrefour d’axes terrestres, maritimes et fluviaux. Cette situation géographique privilégiée lui permet de développer les échanges entre la Méditerranée et l’Atlantique et d’être considérée comme le deuxième port de l’empire romain en Occident après Ostie, port de Rome.

Bas-relief représentant un chargement de bateau à Narbonne (cliché CCJ-CNRS)

Bas-relief représentant un chargement de bateau à Narbonne (cliché CCJ-CNRS) 

Le rôle politico-économique de Narbonne romaine, les mentions de son port dans les textes antiques et les travaux des chercheurs du début du XXe siècle ont participé à forger une image du port de Narbonne. Or, des textes à la réalité archéologique, la question des avant-ports est l’hypothèse qui est apparue comme la plus probable. Cependant, un tri sérieux doit être réalisé parmi les candidats proposés depuis plus d’un siècle. D’autre part, la question du port urbain reste en suspens. Les travaux qui se sont succédés suite aux crues ou aux risques de défluviation mais surtout l’urbanisation et une nappe phréatique haute ont détruit ou rendu inaccessibles les vestiges proches de la Robine. Les fouilles des berges ont concerné les sites de Saint-Loup (Ginouvez 1992), de la Médiathèque (Mellinand, Léal 2002) et du quai d’Alsace (Ollivier 2009). La présence de zones portuaires n’y est pas réellement mise en évidence mais la présence d’une concentration de céramiques campaniennes issues probablement d’un transbordement à la Médiathèque et des bâtiments dont les plans renvoient à des cellules au quai d’Alsace pourraient être en lien avec des activités commerciales. La découverte d’entrepôts serait primordiale pour confirmer l’étendue du port urbain. L’archéologie préventive répond à ces attentes : en novembre 2011, les fouilles menées par O. Ginouvez au 14 quai d’Alsace, proche de la Robine, confirment la présence d’un entrepôt de 400 m2.

La difficulté de cerner les structures portuaires de Narbonne tient aussi à l’image que nous nous faisons du port. H. Rouzaud recherchait l’emplacement du grand port de Narbonne. Cependant, ce même auteur s’est attaché à la question des avant-ports, permettant le transvasement des marchandises provenant de grands navires de commerce sur des barques à fond plat. Au terme de ces années de projet collectif, on peut maintenant évoquer le grand port Narbonne comme une zone portuaire à l’échelle des étangs de Narbonne (soit plus de 60 km2) avec des lieux de déchargements spécialisés et fluctuants. L’image des ports de Claude et de Trajan à Ostie reste une exception dans l’Antiquité et il n’existe pas de modèle standard. Il faut donc s’affranchir de nos présupposés pour avoir une vision objective des découvertes de la lagune narbonnaise. Dans le cadre du projet, la vérification des hypothèses de nos prédécesseurs a permis de nuancer leur proposition et d’affiner la compréhension d’un fonctionnement à lire à plusieurs niveaux. Il faut en en effet combiner les questions de changements de lieux pour des motifs environnementaux et la spécialisation de certaines zones portuaires, et ce sur plusieurs siècles. Cette spécialisation induit des modifications liées à l’évolution du commerce : l’exemple de l’abandon du commerce du vin en vrac laisse supposer une restructuration de la zone de déchargement. Les évolutions paléogéographiques dans la topographie doivent être connues pour comprendre les choix d’implantation commerciale. Les recherches récentes laissent aussi supposer l’existence de ports fluviaux le long d’un bras de l’Aude entre les étangs jusqu’à la ville.

Transvasement de fruits dans une amphore (musée de Narbonne)

Transvasement de fruits dans une amphore (musée de Narbonne)